Sarah Blum_photogramme.jpg
SarahBlum.Profil.jpeg

A l’adolescence j’ai commencé à faire de la photo mais ne voulant pas travailler seule j’ai choisi la photo en groupe c’est-à-dire le cinéma. Pour cela je suis rentrée à Louis Lumière qui a été mon sésame. Ensuite j’ai eu la chance de rencontrer Jeanne Lapoirie et Yann Kounen sur Gisèle Kérozène puis Michel Amathieu qui m’a beaucoup appris du point à la lumière. Yann m’a donné le goût du cinéma d’action et des effets spéciaux. Mais après Dobermann que j’ai cadré j’ai décidé de devenir directrice photo plutôt que cadreuse, cela m’a semblé plus simple. J’ai débuté avec Diane Bertrand pour son film Une Mauvaise Passe qui a rencontré un grand succès et m’a propulsée en téléfilm à l’époque où ceux-ci étaient boudés par les chefs-opérateurs de cinéma, j’ai éclairé beaucoup de séries comme Femmes de Loi, La Crim’, Crime en Série, Section de recherche ou plus récemment Versailles. J’éclaire également des longs métrages dont Bloody Malory de Julien Magnat ou La Dormeuse Duval de Manuel Sanchez et je travaille en documentaire notamment sur le film de Nurith Aviv Poétique du cerveau qui a ouvert sa rétrospective à Beaubourg.
J’ai reçu un prix de l’image au festival de Belleville pour le film La Balade de Mareike Engelhardt.
J’ai beaucoup collaboré avec la photographe Claudia Imbert dont la série La Famille Incertaine a reçu le prix Arcimboldo, et sur ses films d’art comme Le Garage.

contact :