Au printemps 2018, nous avons initié des rencontres entre directrices de la photographie parce que nous pensons avoir notre mot à dire sur la réalité du travail des femmes à la caméra.

Face au constat objectif que notre métier de femmes d’image s’exerce au sein d’une industrie encore très genrée : nous ne sommes que 24% (cheffes opératrices, cadreuses, assistantes, électriciennes, machinistes), nous nous interrogeons.

Comment exerçons-nous notre métier? Quelle est notre responsabilité ? Quelle sorte de cheffe sommes-nous ?  Y a-t-il une spécificité du regard féminin derrière une caméra ? Quelles sont les phrases que nous avons toutes ou presque entendues ? Comment pouvons-nous lever les freins à la progression de nos carrières ? Comment faisons-nous valoir notre point de vue ? 

 

Nous nous efforcerons toujours de considérer la diversité que nous apportons parmi toutes les diversités nécessaires.

Unir nos forces en conservant la richesse et la pluralité de nos sensibilités, voici la proposition de notre COLLECTIF qui rassemble aujourd’hui 90 membres.

*Source Audiens, cinéma et audiovisuel.

1/1