top of page
Rechercher

Comment être un.e meilleur.e Allié.e des Technicien.ne.s Trans/Non-binaires


À l’occasion du mois des fiertés, et à la suite de l’adhésion de membres trans et non-binaires au collectif, Femmes à la Caméra se positionne en soutien des personnes LGBTQIA+. C’est pourquoi nous vous proposons ce guide non-exhaustif pour devenir un.e meilleur.e allié.e des personnes trans et non-binaires.


En vous souhaitant une bonne lecture, et un bon mois des fiertés. 🏳️‍🌈🏳️‍⚧




Lexique



Personne cis : personne dont l’identité de genre correspond au genre assigné à la naissance.

Exemple : Une femme cis est assignée femme à la naissance et a une identité de genre féminine.


Personne trans : personne dont l’identité de genre est différente du genre assigné à la naissance.

Exemples : Un homme trans est assigné femme à la naissance mais a une identité de genre masculine. Une personne non-binaire est assigné.e femme ou homme à la naissance mais ne s’identifie pas (ou pas exclusivement/fixement) à un genre féminin ou masculin.


Personne non-binaire : personne dont l’identité de genre ne s’inscrit pas (ou pas fixement) dans la binarité de genre femme/homme. C’est un terme parapluie qui peut regrouper plusieurs identités de genre plus spécifiques, comme par exemple l’identité agenre (personne qui ne se reconnaît dans aucun genre particulier), ou encore gender-fluid (personne dont l’identité de genre fluctue).

Deadname(14) : prénom de naissance d’une personne trans qui a changé de prénom au cours de sa transition de genre. Le deadnaming est le fait d’utiliser cet ancien prénom sans le consentement de la personne concernée.


Expression de genre : désigne “les caractéristiques d'une personne liées à son apparence, ses intérêts et ses comportements, qui sont traditionnellement associées à un genre en particulier dans un certain contexte culturel donné. La perception de l'expression de genre d'une personne repose sur les stéréotypes culturels masculins et féminins, et les rôles de genre(2).” Toutefois, l’expression de genre et l’identité de genre ne sont pas corrélées. Par exemple : les personnes non-binaires n’ont pas forcément une expression de genre androgyne.


Mégenrer/mégenrage : fait d’utiliser des pronoms et/ou accords incorrects pour une personne.

Exemple : Utiliser le pronom “elle” pour un homme trans ou une personne non-binaire qui n’utilise pas ce pronom.


Outer : fait de révéler qu’une personne est queer sans son consentement, voire contre sa volonté. Outer une personne trans (et plus largement queer) peut l’exposer à de la discrimination, du mégenrage, du harcèlement, des violences psychologiques, physiques et/ou sexuelles. En cas de doute, il convient de demander à la personne concernée si elle est “out” (c’est-à-dire publiquement LGBTQIA+).


Queer : terme anglais. À l’origine péjoratif, il signifiait “étrange”, “bizarre” et était utilisé comme insulte homophobe/transphobe. Ce terme a été réapproprié par la communauté LGBTQIA+ pour se désigner elle-même et est désormais un terme parapluie faisant référence à toute personne s’identifiant à n’importe quelle lettre du sigle.


Transition de genre : désigne “un ensemble de processus sociaux, administratifs ou médicaux consistant à modifier l'expression de genre et l'apparence d'une personne pour la faire correspondre avec son identité de genre(3).”


Transphobie/Enbyphobie : attitude d’hostilité, de rejet, de discrimination envers les personnes trans. L’enbyphobie (de l’anglais “nb” ou “enby”, abréviation de “non-binaire") désigne une transphobie spécifique aux personnes non-binaires.




Pronoms


Les pronoms que nous utilisons reflètent une part de notre identité de genre. Il est important d’utiliser les pronoms (ael/elle/iel/ielle/il, etc…) et accords (masculins/féminins/neutres) préférés de nos collègues trans et non-binaires. Cela est essentiel pour respecter leur dignité, leur droit à l'autodétermination et ainsi garantir un environnement de travail sain et inclusif. En cas de doute sur les pronoms d’une personne, n’hésitez pas à les lui demander.



Bons réflexes :

  • Proposer aux travailleur.euse.s de mentionner leurs pronoms dans leur fiche de contact et les faire figurer sur la feuille de service / la fiche technique. En effet, cette initiative adoptée par de plus en plus de productions étrangères permet de faciliter les communications entre les différent.e.s membres de l'équipe et d’éviter le mégenrage.

  • Mentionner ses pronoms en signature de mail/sur ses profils de réseaux sociaux/sur son CV, que l’on soit cis ou trans, aide également à normaliser le fait de partager ses pronoms, et à prendre connaissance des pronoms des autres.

  • Quand on parle d’une personne au passé, toujours utiliser ses pronoms et accords actuels, pas ceux qu’elle utilisait avant de transitionner.




Prénom d’usage et deadname


Une personne trans peut parfois souhaiter changer de prénom au cours de sa transition sociale. Il convient de respecter son nouveau prénom, quand bien même il ne serait pas officiellement reconnu.


Pour des raisons administratives, les personnes trans doivent parfois mentionner à la fois leur prénom d’usage et leur deadname sur leur contrat de travail ou leur fiche de renseignement. Toutefois, il convient d’utiliser exclusivement le prénom d’usage, particulièrement sur les documents publics où la révélation du deadname pourrait porter préjudice à la personne (à moins qu’elle vous ait indiqué le contraire). En cas de doute : posez toujours la question à la personne concernée afin de ne pas l’outer. De même, il convient de garder confidentielle toute autre information qui dévoilerait la transidentité d’une personne, comme son numéro de sécurité sociale ou son état civil.


Réflexes essentiels :

  • Les productions et structures administratives ne doivent en aucun cas révéler ou demander le deadname des personnes trans. Il en va de même pour les collègues.

  • Faire figurer le nom d’usage dans les crédits du film, même s’il n’est pas officiellement reconnu (même processus que pour un nom d’artiste), et renseigner le poste de cette personne avec les bons accords. En cas de doute, les demander à la personne concernée.




Favoriser des acteur.ice.s/réalisateur.ice.s/technicien.ne.s trans pour les projets concernés


Pour aborder le thème de la transidentité dans un film, il est préférable de solliciter des réalisateur.ice.s trans et de compléter son casting et équipe technique avec des personnes concernées. Cela permet d’inclure leurs regards et connaissances au profit d’une représentation plus juste et respectueuse. De plus, être entouré.e d’allié.e.s a également un effet positif important sur le sentiment de sécurité et de bien-être au travail des personnes trans. Voici deux articles expliquant pourquoi il est capital de faire jouer des personnages trans par des personnes trans :


  • Vous ne comprenez pas pourquoi on vous dit que les personnages trans devraient être joués par des acteurs trans ? Par ici - Maëlle Le Corre, Mademoizelle, 2021(4)

  • Les acteurices cis peuvent-iels jouer des personnages trans ? - Gab Harrivelle, Représentrans, 2018(5)


L’Association Représentrans regroupe dans un annuaire public(6) des acteur.ice.s et technicien.ne.s trans sur son site. Iels proposent aussi une définition du cisgaze (regard cisgenre) dans un article dédié(7).


Aussi, selon une étude de la Délégation interministérielle à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT : en France, pour les personnes trans : “le taux de chômage est aussi plus élevé ; un tiers des enquêtés trans déclarant avoir perdu un emploi à cause de sa transidentité. De plus, 1 personne trans sur 4 déclare s’être limitée dans l’accès à un logement du fait de sa transidentité, par crainte d’un acte ou d’un propos transphobe (8).” Embaucher des personnes trans constitue ainsi une nécessité pour compenser les inégalités d’emploi et le manque de représentation non-négligeables à laquelle cette minorité fait face(9).



Réflexes essentiels :

  • Encourager les créations de personnes concerné.e.s lors de l’écriture du film.

  • Faire appel, quand cela est possible, à des technicien.ne.s concerné.e.s par les questions de la minorité que l’on représente.

  • Caster en priorité des personnes concernées pour interpréter des personnages trans.

  • Faire appel à des consultant.e.s spécialisé.e.s en représentation lgbtqia+(10).





Protéger les personnes trans au travail


Montrer sa volonté de protéger les travailleur.euse.s


Les productions peuvent aider à favoriser un environnement inclusif et respectueux de chacun.e à travers des actions concrètes. L’association Divé+, qui a pour but d’encourager la diversité et l’inclusion aussi bien devant que derrière la caméra, propose par exemple d’inscrire sur les feuilles de service la phrase suivante : “Afin d’évoluer dans un espace de travail bienveillant et respectueux de tous.tes, aucun comportement, geste, ou mot déplacé de nature raciste, sexiste, LGBTIphobe (ou de manière plus générale discriminatoire) ne sera toléré”. Ce type d’initiative témoigne d’une volonté de travailler dans un environnement serein et digne pour chacun.e.


Ressources pour les entreprises :

  • Se renseigner sur la charte LGBT+ de L’Autre Cercle(11), qui propose des initiatives pour “faire progresser les questions relatives à l’orientation sexuelle et à l’identité de genre dans un contexte professionnel” : Site - Charte d'engagement LGBT, L'Autre Cercle




Soutenir les personnes trans en cas de discrimination transphobe


Aucune discrimination n’a sa place sur un lieu de travail, y compris la transphobie/enbyphobie. La Fiche respect des droits trans(12) de la DILRAH permet de prendre connaissance des difficultés rencontrées par les personnes trans. Elle propose des solutions pour favoriser la sécurité et l’inclusion des personnes trans et lutter contre la transphobie.



Bons réflexes :

  • Corriger les personnes qui se trompent de pronom/accords/prénom pour parler de nos collègues trans.

    • En effet, avoir à souvent corriger le mégenrage soi-même peut être mentalement fatigant, et l’aide d’allié.e.s est précieuse pour retirer une part de cette charge mentale.

  • Désigner un.e référent.e harcèlement connaissant si possible les problématiques spécifiques des travailleur.euse.s trans.

  • Demander de l'aide à ces référent.e.s/à ses supérieur.e.s hiérarchiques/à la production et/ou à une personne de confiance en cas de problème. Favoriser la communication pour éviter de s’isoler quand c’est possible.

  • Intervenir si vous êtes témoin d’une discrimination transphobe, et apporter votre aide et votre soutien aux personnes qui en seraient victimes.

    • Ressource pour les allié.e.s : “Allié·e·s cis VS transphobes : quand et comment intervenir ?(13)

    • Ressource pour les témoins et victimes de transphobie : “Réagir face à la transphobie : Guide pratique à l’usage des personnes trans(14)

  • Offrir une écoute bienveillante si l’un.e de vos collègues trans a besoin de se confier sur ses difficultés liées au travail.




Opter pour un discours plus neutre


Pour communiquer, il est bon de privilégier un discours dégenré, afin d'être plus inclusif de l’ensemble des genres, notamment non-binaires. Ceci étant dit, la langue française est une langue genrée qui ne permet pas toujours l’utilisation du neutre à l’oral. Il ne s’agit donc pas d’être impeccable dans son discours, mais plutôt de faire un effort d’inclusion quand cela est possible.



Quelques exemples :

  • “Bonjour/Bonjour tout le monde/Bonjour à toustes” sont des formules incluant tout le monde parfaitement.

  • Parler de personnes ou de gens plutôt que de "femmes et d'hommes" (pour reconnaître l’existence des personnes non-binaires, souvent effacées par la forte binarité de la langue française).

  • Pour les termes genrés à l’oral (puisque l’écriture inclusive propose des solutions pour l’écrit), plusieurs pistes de réflexion non-exhaustives sont possibles :

  • On peut par exemple condenser la forme féminine et masculine d’un mot (chef.fe opérateurice, monteureuse…)

  • On peut aussi penser à mentionner les deux formes genrées du mot (assistantes et assistants caméra)


D’autres pistes sont possibles selon les préférences personnelles, il ne revient qu’à nous de faire preuve de curiosité et de créativité !




S’éduquer aux transidentités


Le meilleur moyen d’être un.e meilleur.e allié.e des minorités est de s’informer sur leurs réalités afin de mieux les comprendre, et donc de les appréhender avec plus d’aide et de compassion. Le Wiki Trans est une importante référence en matière d’éducation aux transidentités.


Voici une liste non-exhaustive de ressources pour mieux comprendre et défendre les transidentités :



Lectures :



Podcasts :



Documentaire :

  • Disclosure : Trans lives on screen (Identités trans : au delà de l’image), Sam Feder, 2020 : Disclosure, Netflix



Comptes Instagram :



Ressources Anglophones :


Ressources en ligne :


Lecture :




Notes de bas de Page

  1. Source : Article Deadname de Wikipédia en français (https://fr.wikipedia.org/wiki/Deadname).

  2. Source : Article Expression de genre de Wikipédia en français : Wikipedia - Expression de genre

  3. Source : Article Transition de genre de Wikipédia en français : Wikipedia - Transition de genre

  4. Les acteurices cis peuvent-iels jouer des personnages trans ? - Gab Harrivelle, Représentrans, 2018 : Article Représentrans - Les acteurices cis peuvent-iels jouer des personnages trans ?

  5. Annuaire Représentrans : Annuaire Représentrans

  6. Le cis gaze en bref, Charlie Fabre, Représentrans, 2021 : Article Représentrans - Le-cis-gaze-en-bref

  7. Fiche Respect des Droits Trans, Délégation interministérielle à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT, 2019 : PDF DILRAH - Fiche respect des droits trans

  8. Est-ce que les rôles trans devraient être joués par des acteurices trans ? - Gab Harrivelle, 2021 : Article Représentrans - Est-ce que les rôles trans devraient être joués par des acteurices trans ?

  9. Consultant.e.s en représentation LGBTQIA+ de Représentrans : Représentrans - Consultant.e.s en représentations LGBTQIA+

  10. Charte d’Engagement LGBT+, Autre Cercle, 2013 : PDF Autre Cercle - Charte

  11. Fiche Respect des Droits Trans, Délégation interministérielle à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT, 2019 : PDF DILRAH - Fiche respect des droits trans

  12. Allié·e·s cis VS transphobes : quand et comment intervenir ? - Wiki Trans, 2020 : Article Wiki Trans - Allié.e.s Cis VS Transphobes : intervenir

  13. Réagir face à la transphobie : Guide pratique à l’usage des personnes trans, Chrysalide, 2021 : PDF Chrysalide - Guide "Réagir face à la transphobie"





Merci d’avoir pris le temps de lire cet article et bon mois des fiertés.


Article écrit par Loïs Djouber (iel/il/lui)

Généreusement relu et corrigé par Elie Bissery (elle), Camille Conroy (il/iel/lui), Éléa De Celles (elle), Charlotte Dupré (iel/ellui), et L.F (il/lui).

Posts récents

Voir tout

コメント


bottom of page